Défense de la démocratie directe contre ses ennemis

Défense de la démocratie directe contre ses ennemis

La démocratie directe est le régime défini par les textes fondateurs de la République française, notamment :

  • l’article 21 de la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948) qui dit :  « 1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis. »
  • l’article 2 de la Constitution de la 5ème République, qui dit :  « La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».  Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »

Pourtant, cette démocratie directe, qui semblait difficile à établir concrètement il y a 2 siècles (pendant la Révolution française, 1789-1798) comme il y a 60 ans, à cause d’un peuple illettré, de moyens de télécommunication absents ou faibles, est aujourd’hui devenue possible, même si les pouvoirs publics actuels ne font rien pour l’établir. Pire, elle a même des ennemis puissants et nombreux, y compris chez les élu-e-s de la fausse démocratie représentative (qui n’est qu’une oligarchie, une tyrannie élitaire).

On va donc dans cet article répondre à quelques uns des arguments frauduleux de nos adversaires idéologiques et politiques, leur faire manger leurs dents de requins, leur faire ravaler leur venin de serpents, et ridiculiser leurs misérables opinions.

 

 La démocratie directe est populiste

Super, merci d’avoir parlé pour ne rien dire. Le terme « populiste » ne consiste en effet qu’en une injure, et aucun pouvoir qualifié de « populiste » ne s’est lui-même désigné ainsi. Des pouvoirs de gauche, de droite, des pouvoirs révolutionnaires marxistes ou ultra-libéraux ou nationalistes, sont qualifiés de « populistes ». Bref, si t’as rien à dire de précis, tais-toi ?

 

La démocratie directe, ça ne peut pas marcher.

Ouais. Le problème, chers ennemis calomniateurs, c’est qu’elle marche déjà.

Elle marche depuis 1988 à Porto Alegre.

Elle marche depuis 2014 à Saillans dans la Drôme.

Elle marche depuis 2015 à Madrid, Barcelone, Valence, et pas mal d’autres villes espagnoles, où les citoyens trahis par le PS et le PP corrompus, laminés par la crise, écoeurés par les exactions des banques, ont pris le pouvoir.

Elle marche actuellement sous forme de budgets participatifs dans 43 villes de France dont Paris (si vous voyez où c’est ? Paris met 500 millions d’euros en budget participatif, rigolos !), Dijon, Rennes, Montreuil, etc etc.

Elle marche aussi dans des départements – l’Hérault a sa plateforme consultative – des pays entiers – la Suisse ! – et des Etats – la Californie – donc entre autres deux des endroits les plus riches et développés de la planète. Ouais, rien que ça !

Bref, aux pays des aveugles les anti-démocrates sont rois, mais les rois en France on les décapite 😉

 

Les populations ne sont pas capables de gérer leurs affaires.

Hm ! En France les lycées datent de 1802, les écoles primaires pour garçons datent de 1816 et 1833, pour les filles ça date de 1866, l’école publique obligatoire date de 1880 (renseignez-vous dans cet article sur l’histoire de l’éducation en France), ça fait donc plus de 150 à 200 ans que la France forme sa population à être autre chose qu’idiote et ignare. Au bac 2018, le taux de réussite atteint 88,3%.

Donc soyez clairs, anti-démocrates : soit vous prenez les populations pour des idiotes incultes, et vous vantez donc une « expertocratie » d’élites intelligentes dominant une foule au QI d’huître, soit vous reconnaissez de manière humaniste que tout cerveau humain est riche de mille talents exprimés ou potentiels, que l’éducation sert à stimuler. Si vous trouvez les gens trop cons pour vous, pourquoi n’avez-vous pas la bonté de les former ?

 

L’administration publique exige une haute expertise !

Faux ! L’administration des affaires publiques exige certes qu’on ait des compétences à notre service, et ça tombe bien on les a déjà, formés sur fonds publics : il s’agit des fonctionnaires.

Ces fonctionnaires ont pour fonction de mettre en oeuvre les politiques publiques décidées par le régime en place.

En démocratie directe, la population n’a qu’à VOULOIR. Elle n’a pas à SAVOIR COMMENT FAIRE – cela, les fonctionnaires sont payés pour.

Par exemple, la population peut vouloir une piscine publique, elle n’a pas à savoir construire et isoler un bassin ni à assurer que l’eau soit propre etc, elle a juste à décider où et quand elle veut sa piscine. Ensuite les prestataires publics ou privés se chargent de la mise en oeuvre technique.

 

ça va provoquer des guerres civiles.

LOL ! Sérieux, ils sortent cet argument complètement bouffon 🙂 Bon, à ma connaissance ça n’est tout simplement jamais arrivé qu’un pays ou une ville en démocratie directe sombre dans la guerre civile. Pas de guerre civile en Suisse, pas de guerre civile à Buenos Aires, pas de guerre civile dans la ville chinoise qui utilise la plateforme participative de Madrid. Bref, pure calomnie.

Par contre, anti-démocrate, si tu veux des guerres civiles dans des monarchies, des Etats fascistes ou totalitaires, des théocraties, là c’est pas ça qui manque, on t’en fournit en pagaille : guerres religieuses en France, Allemagne, Angleterre, guerres politiques en France (révolutionnaires contre monarchistes contre impérialistes, etc), guerres coloniales dans le monde entier, etc.

Alors cesse de mentir, regarde la réalité en face, les démocraties directes sont agitées de débats contradictoires, c’est clair, c’est fait pour, mais ça ne mène jamais à des massacres.

 

La démocratie directe n’est pas légitime.

C’est vrai que pour les fous de Dieu comme pour les adorateurs des Tyrans, la légitimité vient du Très-Haut. Mais l’humanité elle est là sur Terre, et on ne voit pas bien quel pouvoir serait plus légitime à gouverner le peuple, que le peuple en personne. Cela découle directement du fait que, si je veux faire un pas en avant, je suis la seule personne à pouvoir dire à ma jambe, depuis mon cerveau, de faire un pas en avant. La démocratie directe est tout simplement l’agrégat social de nos libertés accumulées, toutes limitées par la liberté d’autrui.

 

La démocratie directe est le pire des régimes.

Non, c’est le meilleur, car :

  • elle est incorruptible. Prenons la France, 65 000 000 de gens. Corrompre les Présidents Sarkozy ou Macron, c’est facile, il suffit de leur verser 10 millions et le tour est joué. Corrompre tel ou tel Maire, tel ou tel Député-e, c’est facile, envoie le pognon en cachette et récolte les bénéfices. Par contre, comment tu fais pour corrompre 65 000 000 de gens au pouvoir ? Il va vraiment te falloir un gros gros gros compte en banque ! Nous citoyens, on prend 1 million par personne si tu veux nous corrompre, ok ? Alors aboule les 65 000 000 000 000 d’euros (ça fait des trillions, je crois), si tu les as, clochard !
  • elle est équitable. Oui, ça va être chaud de laisser une classe sociale en dominer une autre dans une démocratie directe, tout simplement parce que la classe dominée a le pouvoir immédiat et permanent de faire cesser l’oppression, surtout quand c’est du type patron/employés, tout simplement parce que les employés sont 1000 fois plus nombreux donc plus fort que les patrons. Et dès lors que l’oppression n’est plus massivement possible, cette société démocrate est la plus juste possible. Tout groupe social peut s’y exprimer, financer ses projets, réclamer son dû, prendre sa vie publique en main.
  • elle est créative. Prenons l’exemple d’une petite ville de 22 300 habitants, qui compte actuellement un conseil municipal de 37 élu-e-s, dont 27 dans la majorité et 10 réduits au silence dans l’opposition. On a donc un ratio de 27 décideurs/euses pour 22 300 habitants dont environ 16 000 ayant le droit de vote. A votre avis, est-ce que 16 000 décideurs, c’est mieux que 27 ? A votre avis, si 16 000 personnes ne donnent ne serait-ce qu’UNE HEURE par an, soit 16 000 heures de travail par an, est-ce que ça fait plus de travail que 27 personnes même si elles travaillaient à plein temps (ce qui n’est pas du tout le cas, elles travaillent très peu). A votre avis, 16 000 personnes capables d’apporter des idées, innovations, solutions, propositions, sont-elles plus créatives que 27 personnes ? Si vous répondez NON consultez d’urgence votre neurologue préféré !!!

 

Donc voilà, anti-démocrates, vos arguments fallacieux viennent d’exploser comme la tête d’un dictateur sous le marteau d’un peuple épris de justice, et il ne vous reste même pas vos yeux pour pleurer, car nos chiens les ont mangés tout crus. Tant pis pour vous, vous faisiez le mal, bon débarras !

 

Une réponse

  1. Je sens que ça va être une vague participative ! Chouette !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *