Municipalisme et communalisme

Municipalisme et communalisme

 

Le municipalisme et le communalisme sont des théories et des pratiques politiques qui mettent l’accent sur l’appartenance du citoyen à une communauté locale, ce niveau étant le plus concret et le plus accessible de tous les niveaux de l’Etat.

 


Les villes génèrent l’Etat

Rappelons d’abord que dans l’histoire universelle, les premiers Etats sont des villes : sumériennes, égyptiennes ou chinoises, grecques ou latines. En se faisant la guerre et en s’agrégeant, ces villes constituent des Etats territoriaux dotés de capitales.

Retenons-en le rôle primordial des agglomérations d’habitations humaines dans la genèse de l’Etat.


Le communalisme

Le communalisme médiéval

En Europe, en France, depuis le Moyen-Âge les communes sont un cadre primordial de la vie en société, gérant collectivement de nombreuses fonctions du quotidien : l’agriculture, les marchés, une partie de la justice, une partie de l’éducation, etc. Le communalisme désigne l’attachement à ce système d’autogestion locale par les habitants eux-mêmes, directement concernés et responsables.

Le communalisme insurrectionnel français

Il désigne aussi le mouvement républicain révolutionnaire insurrectionnel


Le municipalisme

Le municipalisme libertaire de Murray Bookchin

Murray Bookchin décrit un système politique fait de communes autogestionnaires autonomes, regroupées en fédération. Cette fédération remplace l’Etat national.

On appelle aussi cette doctrine le confédéralisme municipal.

Le municipalisme espagnol

Depuis la victoire des alliances citoyennes Indignés + Podemos + Ciudadanos aux municipales espagnoles de 2015, de nombreuses villes (Madrid, Barcelone, sont passées à une démocratie plus directe, fonctionnant dorénavant avec des Assemblées populaires, des plateformes numériques d’autogestion (Consul, Decidim…), des budgets participatifs, des comités citoyens…

Un nouveau municipalisme international

Dans cet excellent article Le municipalisme, nouvelle voie de la démocratie locale ? Jonathan Di Folco définit le municipalisme ainsi :

Le municipalisme est un projet politique visant la démocratisation des communes ou des municipalités, et donc la réappropriation collective des institutions locales par les habitants. Mais le municipalisme ne se réduit pas à injecter une petite dose de participation citoyenne à l’échelle locale, car son objectif est bien de transformer la société. Alors que la gauche politique a presque toujours orienté ses actions autour de la prise du pouvoir d’État, la tradition municipaliste, qui a emprunté des formes variées à travers l’histoire, cherche plutôt un changement « par le bas » en combinant un ensemble de stratégies : réformes radicales, nouvelles pratiques de démocratie radicale, soutien actif des initiatives citoyennes et des alternatives solidaires, cogestion des biens communs, etc.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *